Transférez facilement vos fichiers ISAM et RELATIFS vers les bases de données ! Et bénéficiez de la puissance des bases de données pour les exploiter ! Relational Language & Database Technology
Recherche :
  Accueil | Développements | Administration | Réseaux | Formations | Cobol Access Plus | Contact 
  English French
Nouveau : le forum est ouvert !

 

 News
Technote Jan. 2004 
Technote Avril 2003
Technote Février 2000
Technote Avril 1999

Cobol Access Plus
Pourquoi Cobol Access Plus ?
Comment ça marche ?
Architecture Client/Server
Environnements Supportés
TELECHARGEMENT GRATUIT
Demande De Documentation
FAQ
Nos distributeurs

 Support Technique
Oracle
Informix
Sybase
SQL Server
DB2
Ingres



  • Choix des fichiers à mettre en base de données.

  • Création automatique de la base de données.

  • Chargement initial de la base.

  • Phase d'exploitation.





  •  

     

       

      Lorsque l'on souhaite convertir en base de données les fichiers d'une application, il convient d'effectuer un choix des tables qui présenteront un intérêt à appartenir à cette base de données : ainsi s'il apparaît opportun de migrer par exemple les fichiers stables (fichier du personnel avec cumuls de paie, catalogue des références produit, tarifs, etc...), il est, par contre, peu recommandé d'y inclure des fichiers dont la durée de vie est courte (fichiers de manoeuvres, de tri, de calculs intermédiaires, etc... qui peuvent être regénérés à chaque nouvelle sollicitation).

      La première phase va donc consister à établir la liste des fichiers à convertir en base de données, afin de les rendre accessibles ultérieurement aux langages SQL, RDSQL ou L4G pour des interrogations, éditions de synthèses, ratios, statistiques, etc...

      nota : Un même programme COBOL pourra accéder simultanément à des fichiers classiques indexés, et à des tables de base de données qui seront vues par lui comme des fichiers classiques : les fichiers déclarés comme appartenant à une base seront atteints par COBOL ACCESS+, les autres seront accédés normalement.

      A partir de cette liste, l'outil livré avec COBOL ACCESS+ va exploiter les descripteurs de fichiers en langage source COBOL (les 'FDs' ou File Descriptors) et va générer automatiquement un fichier propre (le DID ou Dictionnaire d'Interface base de données), permettant ensuite de créer la base de données avec les structures adaptées aux fichiers de données. Cette phase ne requiert aucune connaissance du langage associé au SGBD relationnel choisi, elle est automatique !

      L'utilisateur doit seulement connaître les caractéristiques de ses fichiers COBOL, de façon à décrire les différents index d'accès, les cas de recouvrement de zones (REDEFINES COBOL), et éventuellement rajouter de nouveaux index qui améliorent les futurs accès SQL, sans modifier en rien les structures des programmes SQL.

      Le produit est capable d'assimiler tous les cas de représentation de données (binaires, décimales, COMP-1, COMP-2...PIC X, PIC 9, zones signées ou non, signé en tête ou en fin, etc...) et de les convertir dans une représentation adaptée, spécifique au SGBD choisi).

       


     

      A partir du DID généré à la phase précédente, agrémenté de quelques déclaratives au choix de l'administrateur (index, etc...), le produit COBOL ACCESS+ va se charger de créer entièrement la base de données, en donnant un nom à chaque champ, ce qui permettra l'utilisation des outils SQL, tels que générateurs d'écrans (FORMS), ou d'éditions (ACE, REPORT, etc...).

      nota : Pour INFORMIX, cette phase ne requiert aucune préparation préalable, si ce n'est d'avoir créé les directories qui devront contenir les tables, n'importe où dans l'arborescence UNIX.

      Par contre pour ORACLE, par exemple, il faudra au préalable avoir créé un TABLESPACE (ressource place disque) capable de recevoir les données de la base (cfr. manuel administrateur base ORACLE).

      Cette phase de création des structures est totalement automatique !

       

     

       

      Dans le cadre de la reprise d'une application existante, il est vital de pouvoir charger dans cette base nouvellement créée les données initialement contenues dans ces fichiers classiques.
      Le package COBOL ACCESS+ inclut les outils nécessaires à cette phase.

      Donc, assurance d'une reprise de l'antériorité !

      Le produit inclut aussi, bien sûr, tous les outils nécessaires de réorganisation, sauvegardes, restaurations, déchargement, reprise sur incidents, etc...

       

     

     

    Lorsqu'un programme COBOL va s'exécuter, il va effectuer des ordres OPEN pour chacun des fichiers qu'il souhaite utiliser.
    COBOL ACCESS+ va intercepter ces OPEN, afin de détecter si le fichier concerné appartient ou non à une base de données (par comparaison à une table contenue en mémoire, donc sans altération des performances).

    Si le fichier n'appartient pas à la liste, la demande d'ouverture sera rendue à la méthode d'accès classique, et aucun autre accès à ce fichier ne sera plus intercepté par COBOL ACCESS+ (performances d'accès aux fichiers classiques sauvegardées).

    Par contre, si le fichier correspond à une table de base de données, son ouverture sera assurée par COBOL ACCESS+, et les status rendus au programme seront conformes aux normes du COBOL 85 (le descripteur fichier sera signé par COBOL ACCESS+, de façon à ce que tous les accès ultérieurs lui soient adressés pour exécution dans la base : lectures, écritures, suppressions, modifications, etc... jusqu'à l'ordre de fermeture CLOSE file).

    En bref, COBOL ACCESS+ analyse tous les ordres OPEN du programme, pour ne retenir et exécuter que ceux qui le concernent, ensuite il ne verra plus passer que les ordres d'accès relatifs à des fichiers base de données.

    Si le SGBD choisi est INFORMIX SE, les accès fichiers se feront directement dans les fichiers physiques C-ISAM, et les performances seront quasiement identiques à des accès aux fichiers classiques, mise à part la transformation des données dans un format assimilable par SQL (décimales, signes, etc...).
    Pour d'autres SGBD, tels ORACLE, COBOL ACCESS+ s'adresse au moteur SQL du SGBD, transformant donc un READ COBOL en SELECT du SGBD. Les performances sont alors celles du SGBD en question.

     


     

       

     RLDT SA - 2, rue de la Carnoy 59130 Lambersart - Tel: 03 20 17 26 60 - Site Version3.0